L’atelier relations affectives, amoureuses et sexuelles. Savoir se respecter

Les questions recensées lors de nos ateliers montrent bien que la sexualité n’est pas un processus « naturel » mais fait l’objet de réflexions, découvertes et apprentissages, en particulier à l’adolescence.

Pourquoi ?


Alors que les jeunes hommes sont valorisés selon une norme de virilité, les jeunes femmes subissent la double injonction de devoir se montrer désirables mais « respectables ». Ces stéréotypes de genre favorisent les violences : agressions sexistes, sexuelles et LGBTQIphobes, harcèlements via les réseaux sociaux et dans les transports, violences au sein des couples, etc.
Cf. Rapport relatif à l’éducation à la sexualité. Répondre aux attentes des jeunes, construire une société d’égalité femmes-hommes, 13 juin 2016.

« L’éducation sexuelle est devenue obligatoire pour toutes et tous, dans le cadre de la loi du 4 juillet 2001 (circulaire du 17/02/2003). Au collège et au lycée, les trois séances annuelles prévues par la loi doivent être conçues et organisées en articulation avec les enseignements.
Au-delà de la dimension préventive de ces sessions, cette loi présente aussi les objectifs de « protection des jeunes vis-à-vis des violences ou de l’exploitation sexuelles, de la pornographie ou encore (…) la lutte contre les préjugés sexistes ou homophobes. »

Notre réponse


Compte-tenu de ces enjeux en matière d’égalité et de celui du droit fondamental à une sexualité épanouie, respectueuse et source de plaisir, nous avons mis en place un atelier en partenariat avec la Cité de la santé de Paris à partir d’une animation interactive sur le respect et l’égalité dans les relations affectives, amoureuses et sexuelles. Parce que les aspects bio-physiologiques sont généralement abordés au cours de la scolarité, nous avons choisi de nous concentrer sur les dimensions affectives et relationnelles avec les participant·e·s de cet atelier.

OBJECTIF PRINCIPAL
Promouvoir l’égalité entre les filles et les garçons, les femmes et les hommes dans les relations affectives, amoureuses et sexuelles par l’analyse, la déconstruction des stéréotypes et l’apport d’informations en santé sexuelle. L’atelier repose sur la libération de la parole, l’écoute et le respect de toutes et tous.

OBJECTIF PARTICULIER

  • créer un cadre d’écoute, de confiance et de bienveillance pour libérer la parole sur les questions relatives aux relations affectives, amoureuses et sexuelles ;
  • lutter contre les stéréotypes et les discriminations sur la base du sexe, de l’origine, de l’orientation sexuelle et de l’identité de genre ainsi que les violences de genre ;
  • promouvoir le respect et l’égalité dans les relations ;
  • apporter des informations concernant les enjeux liés à la sexualité : moyens de contraception, avortement, risques d’IST pour aider les jeunes à développer l’estime de soi, leurs connaissances et à faire des choix ;
  • placer au cœur des propos les notions de consentement mutuel, plaisir et droit de disposer de son corps sans contrôle.
Cette animation interactive s’appuie sur un jeu de cartes (dérivé de Ado-sexo) déclinant des affirmations autour de différents thèmes : les stéréotypes sur les filles et les garçons, les relations amoureuses, les relations sexuelles, les orientations sexuelles, les identités sexuelles, la contraception, l’IVG, les IST, les violences et agressions sexistes et sexuelles.

L’animateur.trice part des opinions de chacun·e pour ouvrir le débat et amener les participant·e·s à réfléchir collectivement et prendre conscience des comportements sexistes, des idées reçues et des préjugés pour permettre de les déconstruire.

Exemple de phrases, faisant écho à des idées reçues répandues, sur lesquelles nous échangeons et réfléchissons avec les participant·e·s lors de notre atelier :

« Quand les filles s’habillent sexy, c’est pour provoquer les garçons »

« C’est toujours aux hommes de faire le premier pas dans une relation »

« Les personnes qui aiment les personnes du même sexe c’est pas normal »

« La masturbation, c’est un truc de garçon »

« Chaque rapport sexuel doit aboutir à un orgasme »

« C’est en regardant des films pornos que l’on apprend à faire l’amour »

« Dans un rapport sexuel, la pénétration est obligatoire »

« Lors d’un rapport sexuel, il y a un moment où on ne peut plus dire non »

Durée de l’atelier : 1h30 ou 2h en fonction de la structure d’accueil.

Nous adaptons cet atelier à des publics variés : jeunes de 13 à 18 ans, adultes en situation de handicap, primo-arrivant·e·s, etc.

Nous pouvons pour cet atelier prévoir deux demi-groupes non-mixtes pour une plus grande circulation de la parole et pour qu’ils et elles puissent évoquer plus librement les relations filles-garçons / femmes-hommes et leurs vécus.