Qu’est-ce que le cybersexisme ?

Le terme « cybersexisme » désigne les violences à caractère sexiste et sexuel sur les outils numériques. Celles-ci reposent sur des stéréotypes et des injonctions concernant la sexualité, la manière de s’habiller, l’apparence physique, etc. des filles et des garçons. Ce type de cyberviolences englobe donc le harcèlement, les injures, le chantage, la diffusion d’images humiliantes, l’usurpation d’identité, etc. via les réseaux numériques. Si les outils numériques constituent une amélioration du quotidien, leurs usages abusifs comportent des risques, notamment pour les enfants et les adolescent·e·s.

Pourquoi ?


Lors de nos actions de sensibilisation à l’égalité filles-garçons dans les établissements scolaires, des adolescent·e·s et leurs équipes éducatives nous ont fait part de nouvelles formes de violences sexistes et sexuelles via les outils numériques (smartphone, sites internet, réseaux sociaux, jeux vidéo, etc.). Ces cyberviolences sont encouragées par l’anonymat qui renforce l’impunité des auteurs. Les réseaux sociaux et internet permettent une large diffusion des images et des messages et démultiplient les violences et le sentiment de honte et d’humiliation pour les victimes.

Les données sur le sujet sont très récentes et peu nombreuses. D’après l’enquête réalisée par le centre Hubertine Auclert en 2016, dans une classe, 3 filles et 2 garçons sont victimes de cybersexisme. 17 % des filles (et 11 % des garçons) déclarent avoir été confrontées à des cyberviolences à caractère sexuel par le biais de photos, vidéos ou textos envoyé.e.s sous la contrainte et/ou diffusé·e·s sans l’accord et/ou reçu·e·s sans en avoir envie.

Notre réponse


Nous proposons des ateliers de prévention du cybersexisme tels qu’ils ont été reflechis dans le cadre du projet pilote mené par le Centre Hubertine Auclert dans différents collèges et lycées.

Cette action de prévention du cybersexisme en co-animation avec le Centre audiovisuel Simone de Beauvoir prévoit des sessions de 2 séances avec les jeunes au sein d’établissements scolaires ou de structures jeunesse.

Elle doit permettre de répondre aux objectifs suivants :

  • amener les jeunes à repérer et nommer les formes de violences sexistes et sexuelles dans le cyberespace ;
  • susciter une prise de conscience des conséquences pour les victimes et les auteurs ;
  • donner des pistes aux jeunes pour agir et réagir face aux situations de cyberviolences en leur donnant des outils pratiques et adaptés à leur utilisation.

 ATELIER 1   À partir d’outils d’éducation populaire favorisant l’expression et les expériences des jeunes, cette séance fait émerger une réflexion collective sur le sexisme, notamment sur Internet et les réseaux sociaux.

 ATELIER 2  À l’aide de jeu et courts métrages adaptés, les jeunes sont amené.e.s à comprendre les phénomènes de cyberviolence et cybersexisme, à comprendre leurs impacts et à savoir réagir en tant que témoins et victimes.

Lors de cette dernière séance, les intervenant.e.s font le bilan global avec les jeunes à partir d’un questionnaire anonyme et leur distribuent la plaquette d’informations « Agis contre le cybersexisme ! » du centre Hubertine Auclert.

Cette session d’ateliers (1h30 et 2h chacuns) est adaptable et modulable à chaque structure en fonction des besoins particuliers. Elle peut être intégrée au module plus large des ateliers pluridisciplinaires pour l’égalité femmes-hommes.